Vignette-controle-technique-PareBrise

Contrôle Technique 2018

Arrivée prévue le 20 Mai 2018

Depuis 1992, le contrôle technique automobile est obligatoire en France pour les véhicules de plus de quatre ans et ensuite tous les deux ans. Depuis ces origines, il n’a connu que peu d’évolution. Or pour coller aux directives européennes, il va devenir plus sévère et prendre une nouvelle direction à partir du 20 mai 2018. Les choses vont se corser nettement et je vais détailler dans cet article les points importants qui vont certainement changer notre rapport avec cette visite obligatoire, dont son prix !

Quelles sont les nouveautés ?

L’élément le plus important de ces nouveautés concerne les défauts qui prennent maintenant l’appellation de défaillances et qui se décomposent en trois niveaux de sanctions contre deux auparavant. Bien entendu le nombre d’éléments de contrôle augmente également et passera à 132 contre 123 dans l’ancienne version. Cela nous ramène à un total de 606 points de vérifications contre 453 avant mais rassurez-vous, nous allons détailler plus précisément chaque élément.

 

Premièrement, les défaillances mineures. Comme son nom l’indique, elles n’impliquent aucune contre-visite et sont au nombre de 139 points. (ex : légère fuite moteur, jeu mineur…)

Deuxièmement, les défaillances majeures. Là, les choses prennent plus d’importance et engendrent une obligation de contre visite dans les deux mois suivant la date initiale. Ici nous avons 340 points de contrôle pouvant générer ce type de défaut. (ex : éclairage de plaque défaillant, usure prononcée des freins…)

Et le meilleur pour la fin, enfin façon de parler, les défaillances critiques. C’est la grande nouveauté de ce contrôle technique 2018, avec cette fois-ci une obligation de réparer dans les 24 heures. Autrement dit, on vous autorise à rentrer chez vous, ou alors à aller chez votre garagiste pour effectuer les réparations et c’est tout ! Le nombre de points dit de « critiques » s’élève à 127. (ex : flexible de freins endommagé, défaut de feux de stop…)

Petit détail important, lorsqu’un véhicule est concerné par plusieurs types de défaillances, il faudra dans un premier temps procéder à la réparation dans les 24 heures de celles dites de critiques pour ensuite passer sur un délai de 2 mois pour résoudre celles dites de majeures.

Pour terminer sur les nouveautés, nous ne pouvons pas passer à côté d’une augmentation tarifaire de l’ordre de 20%… c’est la double peine en quelque sorte !

Cas particulier ?

Un cas particulier qui risque de poser quelques difficultés à leur propriétaire concerne les véhicules transformés en camping-car. Avec l’entrée en vigueur de ce nouveau contrôle technique, les véhicules de ce type se verront purement et simplement refuser la petite vignette pour non concordance de document d’identification. En clair, la carte grise actuelle n’est plus valide !

Je vous passe les détails de cette nouvelle obligation mais pour faire simple il faudra repasser une homologation de votre véhicule pour que sur la carte grise il y ait la mention VASP (véhicule automobile spécifique) en lieu et place de VP (véhicule particulier) ou CTTE (véhicule utilitaire de moins de 3,5tonnes). Cette homologation réalisée par la DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) est complexe et doit respecter des critères très strictes…et également avoir un coût !

Et les véhicules de collection ?

Pour ce qui est de notre patrimoine automobile, une nouvelle règle entre en vigueur et une autre persiste. Commençons par la nouveauté et le fait que les véhicules immatriculés avant 1960 ne seront plus soumis au contrôle technique obligatoire. Cette règle s’appliquera également pour les camions de plus de 3,5 tonnes. Un joli cadeau pour une infime quantité de notre parc automobile.

Le seconde pour les véhicules possédant une carte grise collection reste inchangée. Nous parlons ici des véhicules ayant plus de 30 ans et qui ont fait le choix d’abandonner la carte grise normale. Pour eux, le contrôle technique continuera à être tous les 5 ans.

Conclusion

Il est vrai que tous ces changements vont dans le sens de la sécurité et de l’environnement, et c’est une très bonne chose. Cependant, j’émets quelques craintes sur les retours négatifs qui peuvent coïncider avec ce nouveau contrôle technique. Je crains que certains propriétaires n’ayant pas de solutions financières ou simples pour obtenir ce certificat, décident d’enfreindre la loi et de rouler sans contrôle. Je crains également, en tant que ferveur défenseur du patrimoine automobile, que ce durcissement conduise à la casse des modèles emblématiques.

Enfin ne soyons pas pessimiste, l’avenir nous dira les conséquences, qu’elles soient positives ou négatives, de ce nouveau contrôle technique.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *